AMAR BELALEME, GESTIONNAIRE DE MAÎTRISE D'OEUVRE A52, RÉSEAU ESCOTA

Amar BELALEME
Gestionnaire de maîtrise d’œuvre A52, réseau ESCOTA

 

Vous êtes gestionnaire de maîtrise d’œuvre ; concrètement quelles sont vos missions, quel est votre rôle dans le projet d’aménagement de l’autoroute A52 ?

Tous les jours, je me rends sur le terrain afin de suivre l’avancement des travaux réalisés par le groupement dont le mandataire est Eurovia. Je m’assure de leur bonne exécution dans des conditions optimales de sécurité ; je veille, entre autres choses, au respect du port des Équipements de Protection Individuelle (EPI) par les ouvriers.

Je veille aussi à ce que les engagements pris par VINCI Autoroutes au travers de la charte MOZA (zéro accident) et au titre de la norme ISO 14001 soient mis en application. Pour illustration, des bâches sont positionnées sous les machines pour récupérer l’huile en cas de fuite. De la même façon, des bennes sont disponibles sur le chantier de manière à trier sélectivement les pneus, la ferraille, etc.

Outre les aspects sécurité et management environnemental, j’ai un rôle de relais en matière d’information. J’interviens régulièrement auprès des Maires des communes concernées ou des collectivités pour les informer des difficultés particulières du chantier et des problèmes éventuellement rencontrés avec les riverains.

En parallèle, je travaille au contact des riverains proches du chantier pour trouver, d’un commun accord, des solutions aux nuisances provoquées par les travaux. Pour ce faire, je m’appuie sur des entreprises locales réactives qui partagent les valeurs incarnées par VINCI Autoroutes. Les communes sont bien évidemment tenues informées de ces nombreux échanges.

Je suis également le garant du SAV des opérations terminées. Ces actions ciblées, efficaces et rapides, contribuent à maintenir un climat de confiance avec les riverains.

Afin de faire connaître le chantier, par anticipation et dans l’hypothèse où ils devraient en parler ou intervenir, je convie ponctuellement des associations, des collectivités locales, la gendarmerie et les pompiers à des visites sur le terrain. Je reçois occasionnellement des lycéens mais aussi des jeunes futurs ingénieurs ou conducteurs de travaux. Je leur fais découvrir un chantier depuis l’intérieur et son planning, j’évoque la gestion du personnel, la sécurité, notre démarche environnementale et de sécurité et puis, nous abordons des notions de savoir-être indispensables pour travailler en harmonie avec les équipes impliquées dans les travaux.

Par ailleurs, j’alimente la communication interne et, pour présenter l’évolution du chantier, je collabore avec Joël ARFI (Studio ARFI) en charge de réaliser pour la DOA52 des campagnes photos et des documents techniques graphiques com du chantier de l’A52.  

 

Selon vous, quels sont les enjeux, les particularités de ce projet ?

Le principal enjeu sur un chantier de cette envergure est le respect des délais, lesquels sont fixés par les autorités de tutelle. La grosse particularité du chantier est d’être réalisé sous circulation, dans un secteur où le trafic pendulaire en direction ou en provenance de Marseille et d’Aix est dense. Dans ce contexte, l’enjeu majeur s’exprime en matière de sécurité pour les équipes qui travaillent protégées par les séparateurs modulaires de voies. Nous nous devons de rester vigilants et constamment sur le qui-vive car la sécurité de tous, aussi bien les femmes et les hommes de travaux et d’exploitation, que nos prestataires ou les usagers circulant sur l’A52, est notre priorité absolue.

 

Combien de personnes travaillent dans votre équipe ?

Je travaille sous la responsabilité hiérarchique de Gérard KHODJA, Directeur des Opérations de l’A52 sur le projet d’élargissement. Sophie POIRIER, notre secrétaire, et deux conducteurs d’opérations, Pierre ZERBI et Jean PAVARD, complètent l’équipe. Nous travaillons tous très bien ensemble, de manière très complémentaire.

 

Quel est votre parcours professionnel ?

Tout a commencé par une passion pour les travaux publics développée depuis mon plus jeune âge. Je m’étais alors fixé comme objectif d’y faire carrière et c’est ce que je fais aujourd’hui. J’ai commencé par travailler sur les chantiers, dans les réseaux, pendant une dizaine d’années environ pour le compte d’une entreprise de travaux publics. J’ai intégré ESCOTA dans les années 2000, d’abord à Aix-en-Provence, puis au Cannet-des-Maures en tant que conducteur de travaux. Je suis revenu à Aubagne en 2013, en qualité de conducteur de travaux de jour. En septembre 2017, après 17 années à l’exploitation, j’ai saisi l’opportunité d’intégrer l’équipe de Gérard KHODJA pour intervenir cette fois sur les travaux d’élargissement de l’A52.

 

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier ?

L’aspect relationnel est très important pour moi ; je suis un adepte de la communication verbale qui permet de faire avancer les choses de manière simple et efficace. Mon métier me comble et m’enrichit professionnellement car il m’offre la chance de développer de nombreux contacts au sein des collectivités, des entreprises, d’ESCOTA et avec la population locale, dont je suis originaire. Je tire aussi beaucoup de satisfaction de pouvoir travailler tous les jours au plus près de ma passion pour les engins et les machines.